Balade à la découverte de la faune et de la flore

[Article originellement paru dans Ouest France à cette adresse]

Depuis le début de l’été, les visites au coeur des marais de Kersahu affichent complet. Un dernier rendez-vous est proposé vendredi 19 août, au matin.

Une balade de deux heures

« Je ne savais pas qu’il existait des carottes sauvages », s’étonne Véronique Amaniou de son accent chantant. Originaire de Nîmes, la jeune femme est venue avec des amis chercher un peu de fraîcheur en Bretagne le temps des vacances. Et elle savoure : « On a aussi goûté de la salicorne. » Mais surprise, en fin de visite : « On se rend compte qu’il y a beaucoup d’espèces communes avec le Sud. On a même des oliviers dans le village ! »

Une cinquantaine de privilégiés ont ainsi cheminé à l’intérieur des marais de Kersahu, à l’initiative des Enfants du marais. Une balade de deux heures à la découverte d’une faune et d’une flore remarquable et d’un passé dont on ne soupçonne même plus l’importance.

Naissance de la science de la balistique

On y apprend notamment, qu’après avoir été aménagés en marais salant, le destin des marais de Kersahu bascule en 1829 avec l’arrivée des militaires et la création de la commission d’expériences de Gâvres (ex Gerbam). C’est ici qu’est née la science de la balistique, une science qui a donné un rayonnement national à la presqu’île.

Orchidées sauvages et aristoches clématites

Une présence qui a grandement participé au maintien de cet espace naturel remarquable en l’état. Oubliée des prometteurs immobiliers, cette langue de terre nichée entre l’océan et la Petite mer de Gâvres, d’une superficie de 6 000 m2, est une véritable pépite.

Un écrin préservé où l’on peut croiser, au détour d’un sentier, des orchidées sauvages où, plus rare encore, dans nos contrées, des aristoches clématites. Une plante avec des feuilles en cordée, autrement dit en forme de coeur.

Sanctuaire des oiseaux

Mais les marais de Kersahu sont aussi un véritable sanctuaire pour des milliers d’oiseaux, sédentaires ou de passage. La mer leur offrant un garde-manger parfait.

Il suffit pour cela d’observer une simple goutte d’eau de mer sous la lame d’un microscope pour se rendre compte que la vie est partout !

Une balade de deux heures organisée par les Enfants des Marais, sous l’expertise de Bretagne vivante, d’Eau et rivière, de l’Observatoire du plancton et de Gâvres Arts et Traditions.